Flashback

Retour sur un événement, un salon, une exposition...

 

2013 | >> Accéder aux archives

TOURS, LES NOUVEAUX HABITS DE L’ÉCOLE DES BEAUX-ARTS

Texte : Lucie Cluzan / Photos : DR

Publié le 21 avril 2013

Le niveau visage de Tours fait place au contemporain. Le haut de la rue Nationale reprend vie avec une requalification urbaine qui passe par l’ouverture en 2015 du Centre d’art contemporain Olivier Debré.

Une fois n’est pas coutume, la ville va se doter d’un bâtiment dont l’écriture fait preuve d’une nouvelle avancée quant aux choix esthétiques, ce qui n’est pas toujours le cas dans cette vague de grands travaux dont le fleuron reste pour le moment le tramway. Autre mission de cet espace : ouvrir ce cœur d’îlot aux passants en le rendant plus attractif par de nouvelles circulations depuis les rues alentours et en laissant les espaces d’exposition visibles en permanence.

Le lauréat du concours international...

Le 10 décembre a donc été dévoilé le lauréat du concours international lancé par Tour(s)Plus concernant la reconversion du bâtiment des Beaux-arts. Il « aura vocation à développer la création artistique contemporaine, par une double fonction. D’une part, il accueillera les œuvres actuellement abritées dans les locaux trop exigus du Centre de création contemporaine de la rue du Rempart et, d’autre part, il valorisera l'immense production de l'artiste Olivier Debré, qui trouvera dans ce nouveau lieu un véritable écrin. » Un écrin à la mesure des œuvres de la production contemporaine dont la taille exceptionnelle empêche parfois de les montrer. Signé Aires Mateus, une agence portugaise composée de deux frères de talents, le projet lauréat redessine des contours anguleux, non sans rappeler le modernisme monumental de l’œuvre de Patout auquel ce jeu de parallélépipèdes creusés répond sans prendre trop de risques.

Un autre projet...

Parmi les derniers projets en lice, celui de l’architecte Rudy Ricciotti associé à deux architectes tourangeaux, Isabelle Poulain et Mathieu Julien. Le parti pris était plutôt de mettre en valeur l’architecture de l’École dont ils ont mesuré la valeur patrimoniale. Point d’orgue du projet : un toit en écailles de verre rappelant celles d’un poisson, en forme de gabare, et apportant une lumière naturelle à la nef d’exposition. Véritable hymne au fleuve ! 

 

Plus d'infos sur www.tours.fr

Site des architectes : www.airesmateus.com et www.rudyricciotti.com

Archives